Le rendez-vous magique
Interviews, compte-rendus de séminaires et notes sur la Tenségrité et les Passes Magiques


Accueil
Qui suis-je ?
Livre d'or
Archives
Mes amis

Album photos

Rubriques

Carlos Castaneda conférences
Carlos Castaneda interviews
Carol Tiggs
Florinda Donner Grau
Instructeurs de Tenségrité
Journal la voie du guerrier
La Lune du Traqueur
Les Règles
Los Angeles août 1995
Notes de Sorcellerie
Omega Institut
Séminaires de Tenségrité
Taisha Abelar

Menu

Active Recapitulation
Ambre bleu
Cleargreen
Visions chamaniques
Forum Tenségrité


L'énergie du Féminin

                                   

 

 

    L'Energie du Féminin

Interview avec les Pisteuses d'Energie,

apprenties de Carlos Castaneda, Florinda Donner-Grau, Taisha Abelar et Carol Tiggs

 

"Fractalum" N°2 - Revue des praticiens mexicains de Tenségrité

 

 


      Ce travail est une rencontre entre les praticiens et les instructeurs de Tenségrité. Il constitue la synthèse de plus de deux cents questions qu'ils ont reçues de divers pays du monde. On pourrait dire que toutes les questions sont différentes, mais en même temps elles se ressemblent, comme si elles émanaient d'une même ligne. De la même façon, bien que chaque réponse paraisse se diriger personnellement, elles ont en même temps un caractère impersonnel.


      Cet événement inédit - parce que nous croyons qu'il l'est - signifie une opportunité de nous rêver en tant que femmes dans une histoire différente, une intention qui implique en fin de compte le féminin et le masculin, tant dans le caractère duel qui nous habite, que dans la relation entre les sexes.

Pourquoi donnez-vous ce deuxième séminaire pour les femmes ? 

 

Un navigateur a besoin de connaître son équipement, le genre d'information que celui-ci peut donner, et la façon d'en faire usage. En tant qu'êtres possédant des matrices, nous avons besoin d'une conscience sobre et informée de la façon dont elles guident nos perceptions. Selon les voyants, nous avons reçu le don incroyable d'une boîte à perception, d'un organe d'évolution, et pourtant, nous sommes complaisantes. Nous voulons être guidées, qu'on nous indique des procédures. Comment pouvons-nous évoluer dans cet état ?

Pourriez-vous parler du pouvoir de la matrice ?

Les voyants de l'ancien Mexique s'intéressaient à éveiller la seconde fonction de la matrice: l'évolution, ce qui signifie la perception directe de l'énergie telle qu'elle circule dans l'univers. De la même façon qu'une mère rêve son enfant dans la matrice, les navigateurs avec une matrice peuvent utiliser ce pouvoir pour rêver des rêves des sorciers.

Comment éveillons-nous la seconde fonction de la matrice ?

La seconde fonction de la matrice peut être éveillée en réalisant ce que Florinda Donner-Grau appelle vaincre le moi. Ceci commence en établissant un inventaire clair et posé de sa propre socialisation et en éliminant les modèles de comportement inutiles. Pour les voyants, la présentation du moi comprend nos efforts pour présenter notre point de vue concernant ce qu'est être un homme ou ce qu'est être une femme, au sein de l'ordre social.

Récemment, vous avez parlé d'éveiller en chacune de nous la "vraie femme". Pouvez-vous expliquer ce que vous voulez dire par là ?

Lors du séminaire de Mexico, nous avons dit qu'il était nécessaire de découvrir ce que cela signifiait d'être un homme ou d'être une femme avant de devenir des " êtres -en - rêve ". Un navigateur doit devenir pleinement conscient de la façon dont il ou elle personnifie ses croyances socialisées concernant ce que signifie être un homme ou une femme.
Les étudiants de Don Juan nous ont demandé de le découvrir: " que pensez-vous que c'est qu'être un homme et être une femme ?".

 

Nous devons revoir nos opinions et prendre conscience des accords inconscients que nous avons acceptés, ou de là où nous avons renoncé ou abdiqué. Souvent, nous découvrons que nos croyances sont arbitraires, qu'elles ne sont vraiment pas une question de sexe. Par exemple, nous pourrions avoir adopté la croyance selon laquelle "les femmes sont soumises", quelque chose qu'une de nous commenta au Nagual." Les hommes ne sont-ils pas soumis aussi?" demanda-t-il.


Si nous examinons à quel moment nous "avons renoncé", il se peut que nous découvrions que nous avons abdiqué par convenance, que nous ne sommes pas les victimes que nous croyons être.


"Personne ne fait rien à personne" a dit don Juan à Carlos Castaneda, "encore moins à un guerrier." ( La Roue du Temps ) Si nous voulons être de "vraies femmes", cela signifie que nous allons jusqu'au noyau de notre être et que nous agissons sur lui. Certaines d'entre nous ont fait peut-être quelque chose que le Nagual appelle " prendre le parti de papa" . Nous sommes "les filles de papa" qui veulent son approbation si intensément qu'elles l'imitent - et nous prenons de lui le pire, au lieu du meilleur de son caractère! Si nous essayons d'être des hommes, nous a dit Taisha Abelar, nous n'y arrivons pas si bien et nous ratons notre meilleure possibilité: la perception de la matrice.

J'ai grandi avec l'idée qu'on ne pouvait pas faire confiance aux autres femmes, étant donné qu'il existe toujours une situation de compétition entre elles. Comment couper ce sentiment, pour naviguer avec elles avec fluidité ?

Quand l'une de nous fit une telle remarque - qu'elle n'avait pas confiance envers les femmes -, Carol Tiggs alla directement au coeur du sujet : " Toi aussi tu es une femme, n'est-ce pas? Peut-on avoir confiance en toi? Examine ceci."


Elle a dit que les êtres humains étaient remplis d'idées sans les examiner: d'idéalisations. Pour naviguer, nous devons examiner ces idéalisations et agir sur ce que nous apporte un tel examen. D'une autre façon, notre point d'assemblage reste fixé à la même position.

 

Si nous examinons l'idéalisation de la " compétition ", nous découvrons que nous sommes tous en compétition dans un sens. Tous nous affirmons notre désir de nous accrocher à notre vie, d'obtenir ce dont nous avons besoin. Nous interprétons l'affirmation d'un autre être qui est en train de faire la même chose comme de la "compétition". Nous n'avons pas de raison de l'interpréter de cette façon. Nous pourrions simplement reconnaître que l'autre personne est en train de faire ce qu'elle a à faire - et la laisser faire. Nous n'avons pas à être toujours le numéro un ! Chacun de nous a un contact direct avec l'infini. Qui peut nous priver de cela?
Si tu donnes, a dit Carol Tiggs, tu obtiens tout.

Comment pouvons-nous faire meilleur usage d'éléments comme par exemple le vent, ou de forces abstraites, à des fins de sorcellerie? (Florinda Donner-Grau s'est référée à cela une fois)

Florinda Donner-Grau nous a dit qu'il valait mieux commencer petit, que nous ne pouvons pas commander le vent si nous ne pouvons pas avoir une conversation agréable avec les gens qui nous entourent.
Carol Tiggs suggère de faire des ajustements minuscules chaque jour. Faites un inventaire: cela fut-il un jour artistique, ou un jour de plaintes? Qu'ai-je fait de différent aujourd'hui?
Si la réponse est: rien, nous en prenons note et nous faisons différemment la prochaine fois.

A un moment, Taisha Abelar nous a dit que flirter était nécessaire pour une femme. Comment pouvons-nous manipuler cela, sans rester emprisonnées dans l'ordre social ?

Taisha Abelar nous a dit que flirter, quand cela est dépouillé des attentes du rituel de l'accouplement, nous donne une charge d'énergie. C'est une manière d'utiliser le pouvoir de la matrice comme une force constructrice dans notre vie quotidienne. Les femmes peuvent diriger l'énergie de la matrice à travers leurs yeux, à travers leur être entier, et interagir dans leur vie quotidienne depuis la connaissance silencieuse de la matrice.


Le Nagual a décrit cela comme "avoir une romance avec la connaissance", quelle que soit la forme dont cela se présente. Il a dit aussi que nous pourrions avoir une romance avec les autres êtres - non de courtisanerie sinon d'affection abstraite.


La courtisanerie, a-t-il dit, est seulement de l'indulgence. L'affection abstraite, cependant, requiert de la discipline - l'art de maintenir un état d'étonnement. Nous soutenons l'autre personne comme un être mystérieux et magique.

Pourriez-vous parler de la ménopause et de la perte de l'utérus après une opération chirurgicale ? Ces circonstances changent-elles en quelque chose les possibilités que nous avons en tant que femmes d'un point de vue chamanique ? Comment gérer au mieux ces deux situations ?

Durant la ménopause l'énergie sexuelle qui antérieurement était utilisée dans les mécanismes de préparation de l'utérus pour la reproduction, se libère. Plutôt que de se retrouver tarie, la femme ménopausée est bombardée par un nouveau flux d'énergie d'une telle force, que dans certains cas, elle s'en trouve effrayée. Les passes magiques peuvent donner à la femme l'avantage de maintenir sa sobriété et sa vitalité durant cet énorme changement énergétique.


En termes très pragmatiques, c'est un moment pendant lequel l'être qui vit cette expérience sait qu'il doit faire quelque chose de différent concernant sa santé et son énergie pour maintenir sa sobriété et amplifier au maximum la perception très directe qui maintenant lui est possible.
Dans le cas d'une hystérectomie, la réponse est : "pour un guerrier, il n'y a pas d'avantages ou de désavantages. Il n'y a que des défis." ( La Roue Du Temps ).

 

Un être qui a subit une hystérectomie a un excellent défi parce qu'elle a encore l'empreinte énergétique de la matrice, mais elle sait qu'elle ne peut être complaisante. Pour percevoir l'énergie directement, elle doit adopter un but inflexible - la prédilection des hommes, mais quelque chose dont ont besoin tous les navigateurs.


De plus, une hystérectomie peut nous servir à pouvoir voir finalement ce que nous avons fait avec la matrice. Toute la turbulence que nous avons gardé là est notre propre croyance au sujet de qui nous sommes, ou de comment nous copions notre propre mère et ses croyances, ou reflète nos sentiments au sujet d'un père qui n'a jamais eu d'affection pour nous. La récapitulation nous donne l'opportunité de retourner voir nos interactions sexuelles et de voir comment nous pouvons réécrire cette histoire différemment.

Dans un séminaire je me rappelle avoir entendu que les étudiantes de don Juan focalisent leur attention sur l'évolution non sur la reproduction.  Que disent-elles sur la maternité, si quelqu'un ressent le désir d'être mère ?

Ce qui importe pour un navigateur est d'être impeccable, de répondre par ses décisions quelles qu'elles soient. Si quelqu'un choisit d'être mère, alors elle est une mère impeccable. Elle donne à son enfant son affection totale, sans investissement et sans essayer de le combler. Elle prend soin d'elle-même pour ne pas se fâcher de sentir qu'elle lui donne tout et que personne ne lui donne rien en retour.

Après avoir atteint les sept ans de célibat que Taisha Abelar a mentionnés une fois, les désirs et les nostalgies pour le sexe opposé se diluent-ils ?

Les navigateurs ne veulent pas se défaire des désirs et des nostalgies! Ce serait mieux de nous demander: - qu'est-ce dont nous avons la nostalgie ? Est-ce en vérité pour le sexe opposé? Ou est-ce quelque chose d'autre? Nous pouvons utiliser le désir et la nostalgie en tant que forces positives qui nous conduisent à agir de manière différente, à rêver.
Dans la vision des voyants, ce dont nous avons la nostalgie, en fin de compte, c'est du corps énergétique. Reconnaître cela peut nous aider à mettre de l'élégance dans nos interactions avec les hommes et avec les femmes, au lieu d'y apporter compulsion et besoin.


Les voyants recommandent un moment de célibat parce que les navigateurs - surtout les femmes - ont besoin d'examiner leur propre inventaire. Elles ont besoin d'une pause momentanée pour vérifier qui elles sont et ce qu'elles veulent. Ce que nous découvrons presque toujours, c'est que nous sommes, comme disait le Nagual, défaillantes. Nous sommes fragmentées. Nous avons besoin de cohésion avant de pouvoir nous mélanger énergétiquement avec une autre personne.


Nous ne sommes pas prêts pour l'échange énergétique qui a lieu dans (toute) relation sexuelle si nous n'avons pas examiné notre propre inventaire, incluant toutes les attentes et interprétations que nous mettons dans nos liens avec les autres. Le Nagual nous a dit que dans nos interactions, nous attendons toujours une réciprocité et que les navigateurs n'attendent pas de retour. Ils approchent chaque union avec un autre être avec une totale discipline, une totale affection.
Taisha Abelar a souligné que le célibat pour un guerrier n'est pas une question de gagner des points en plus pour bonne conduite, pour avoir accumulé la quantité correcte de "sacrifice".

 

"Cela, disait-elle, n'est pas comprendre l'essence de la question." Une période de sept ans fait référence à un cycle complet de temps. Le cycle réel peut être différent pour chaque femme. Nous devons lire cela individuellement et en assumer la responsabilité. C'est cela qui est excitant ! L'infini signalera une direction à suivre que nous pourrons percevoir en silence.

Pleurer est-il, pour le guerrier, un signe de faiblesse, d'attachement ? La récapitulation, voir et le silence intérieur arrivent-ils à dissoudre les sentiments de vide ou de perte, ou y a-t-il des sentiments qui ne nous laissent jamais ?

Oui, les guerriers pleurent, mais non pour quelque chose de trivial. Un guerrier ne pleure pas pour lui-même. Si notre tristesse provient de repentirs liés à quelqu'un que nous avons connu dans le passé, nous pouvons prendre l'affection que nous sentons pour cette personne et l'exprimer à quelqu'un que nous avons en face de nous. Maintenant, nous pouvons faire les choses que nous n'avions pas pu faire avec cette personne dans le passé. Nous payons nos dettes dans le moment présent.


Don Juan a dit à Carlos Castaneda : " l'unique manière qu'a un guerrier-voyageur de remercier et de dire adieu est moyennant cet acte magique: garder dans son silence ce qu'il a aimé." ( Le côté actif de l'infini ). Le Nagual nous a montré qu'un guerrier-voyageur exprime cette affection aux êtres avec lesquels ils se trouvent maintenant.

Comment pouvons-nous travailler la sobriété ?

En prenant conscience de notre équipement et en nous en rendant responsable. Par exemple, nous pouvons être conscientes de nos cycles menstruels pour que les changements d'humeur ne nous surprennent pas, pour que nous ne soyons pas prises par le rire en nous disant des choses comme: "Ah, je suis si distraite et je ne sais pas pourquoi."


Nous pouvons être plus disciplinées pendant certains moments du cycle, quand nous avons envie de nourriture étrange, ou quand nous avons besoin de nous reposer plus. C'est notre responsabilité que simplement nous dormions plus, et que nous mangions bien - que nous ne mangions pas de cochonneries.


"Tu en sais plus à ce sujet, affirma Florinda Donner-Grau, tu as cet avantage additionnel que te donne les passes magiques. Utilise-le pour te discipliner, au lieu de faire face répétitivement aux tâches avec un : je n'ai pas envie."

Comment focaliser l'intention dans des actions comme rêver ?

Simplement en le faisant. La syntaxe de cette question démontre comment nous avons été entraîné à attendre des instructions au lieu d'agir.
Le verbe " agir " se convertit dans cette phrase en nom: "actions". Avoir l'intention se convertit en "focaliser l'intention".
L'intention vient d'un lien direct avec la force de la conscience dans l'univers. Quand ce lien s'éclaircit, nos actions aussi s'éclaircissent. Pour pouvoir rêver, nous avons l'intention du rêve. Nous avons l'intention de la cohésion toute la journée. Si nous pouvons être cohérents dans nos actions quotidiennes, alors le rêve vient naturellement.

Comment être une guerrière impeccable avec les guerriers qui partagent cette même intention ? Certaines d'entre nous confondent partager un "moment sur le chemin"et chercher à nous accrocher à quelqu'un, ou bien assumer notre rôle ancestral de protectrices.

Naviguer est un voyage solitaire. Personne ne porte un guerrier dans ses bras. Cependant, travailler ensemble implique être responsable. Si tu sais que tu n'es pas bon pour un certain travail; que si tu l'entreprends il ne va pas se réaliser ou il va être gâché, alors laisse quelqu'un d'autre s'en charger. Cela ne veut pas dire rester assis sans rien faire - il s'agit de trouver une autre manière de participer.
Beaucoup d'entre nous se déclarent indépendants. Malheureusement, généralement nous faisons les pires interprétations de ce qu'est être "indépendant". Nous l'utilisons dans le sens où nous faisons tout. Le Nagual nous a dit de faire attention avec ce que nous proclamons être.

Comment pouvons-nous résoudre le problème de l'abîme qui sépare les hommes et les femmes en matière de "voir" et de continuer à vivre ?

" L'abîme " est une interprétation qui décrit des êtres qui se lancent ensemble dans une grande aventure. S'il y avait un abîme qui séparerait en vérité les hommes et les femmes, aucun de nous n'aurait été conçu. Les voyants proposent la possibilité pour les hommes et les femmes de travailler ensemble au delà du domaine de la cour et de la reproduction, pour créer une nouvelle manière d'être.

Il a été mentionné une fois des contre-indications concernant la pratique de la tenségrité pendant la grossesse. Est-ce vrai ?

Au sujet de "la série pour la matrice", oui; Florinda Donner-Grau a conseillé aux femmes enceintes de cesser de pratiquer ces passes magiques pendant leur grossesse. Cette série est imbibée de l'intention de préparer et de réveiller les fonctions secondaires de la matrice : l'évolution. Ce n'est pas une blague. Beaucoup de ces passes magiques ont pour objectif de nettoyer les organes sexuelles de leur fonction reproductrice. Il n'est pas rare que les praticiennes de ces passes magiques commencent à avoir leurs règles après avoir pratiqué " la série pour la matrice " de manière répétitive, sans qu'il importe que ce soit ou non le moment correspondant de leur cycle, puisque la matrice se nettoie physiquement, se lave pour un nouveau but. La grossesse n'est pas le moment approprié pour défier les fonctions premières de la matrice.

 

Les règles, cependant, sont considérées comme un moment puissant pour pratiquer "la série pour la matrice", puisque la matrice se vide et s'accroît en tant qu'organe de perception, c'est le moment propice pour qu'elle nous apporte de nouvelles perceptions.


Pratiquer d'autres passes magiques qui apportent de l'énergie directement à la matrice est parfaitement acceptable durant la grossesse. Une maman nous a dit qu'elle faisait les passes magiques des non-faire légèrement durant sa grossesse et qu'elle a senti son bébé donner des coups en même temps qu'elle le faisait.

Pourriez-vous donner des conseils pratiques sur comment se conduire avec sa mère afin de ne pas tomber accrochées à ses trucs ancestraux et finir par la lutte ? En même temps, comment prévenir la répétition de schémas avec les enfants eux-mêmes ?

Comportez-vous avec votre mère et avec vos enfants comme avec des êtres qui vont mourir. Peut-être ne les reverrez-vous jamais. Comment allez-vous agir ?

Extrait de la revue mexicaine "Fractalum" N°2, Décembre 1999


Publié à 01:05 le 18 mars 2007 dans Instructeurs de Tenségrité
Page précédente
Page 68 sur 68
Page suivante