Le rendez-vous magique
Interviews, compte-rendus de séminaires et notes sur la Tenségrité et les Passes Magiques


Accueil
Qui suis-je ?
Livre d'or
Archives
Mes amis

Album photos

Rubriques

Carlos Castaneda conférences
Carlos Castaneda interviews
Carol Tiggs
Florinda Donner Grau
Instructeurs de Tenségrité
Journal la voie du guerrier
La Lune du Traqueur
Les Règles
Los Angeles août 1995
Notes de Sorcellerie
Omega Institut
Séminaires de Tenségrité
Taisha Abelar

Menu

Active Recapitulation
Ambre bleu
Cleargreen
Visions chamaniques
Forum Tenségrité


La règle du nagual à trois points ( fin)

 

Le but de la Règle

 

 Quel est le but du clan ?

 

– Du point de vue de l'Aigle : explorer, vérifier, et développer la Règle.

Chaque génération de guerriers doit laisser son empreinte, parce que la Règle est cumulative. L'héritage de la lignée consiste en une série de positions du point d'assemblage, auxquelles les clans suivants viendront ajouter leurs propres acquisitions. Il est normal que les lignées établissent des « journaux de bord » où les naguals notent leurs découvertes.


L'intérêt de base d'un organisme est de se reproduire. Par conséquent, une façon de la définir consisterait à dire que la Règle est la recette pour un processus reproducteur. Ce qui est recherché est la perpétuation de la conscience, quelque chose qui, au-delà d'un certain point, ne peut être réalisé par des conduits individuels. Les ressources que chaque guerrier acquiert personnellement durant son entraînement sont des accomplissements secondaires.


Du point de vue des sorciers, l'intérêt de se regrouper est de s'assurer le passage à un autre niveau d'attention, car sans masse énergétique il n'y a pas de vol.
 


L'intérêt de base d'un organisme est de se reproduire. Par conséquent, une façon de la définir consisterait à dire que la Règle est la recette pour un processus reproducteur. Ce qui est recherché est la perpétuation de la conscience, quelque chose qui, au-delà d'un certain point, ne peut être réalisé par des conduits individuels. Les ressources que chaque guerrier acquiert personnellement durant son entraînement sont des accomplissements secondaires.


Du point de vue des sorciers, l'intérêt de se regrouper est de s'assurer le passage à un autre niveau d'attention, car sans masse énergétique il n'y a pas de vol.
 


            – Cela signifie-t-il que les guerriers solitaires n'ont pas cette possibilité ?

 

            – Non. Ce que je dis c'est qu'un clan peut aller beaucoup plus loin. Imagine que tu vis dans une colonie de chenilles grégaires qui sont à l'état de métamorphose. Soudainement, l'un des cocons s'ouvre, et son résident part dans une explosion momentanée de lumière et de couleurs. La sensation qu'il te laisse est celle d'une chenille disparue. Pour la chenille, en revanche, sa vraie vie en tant que papillon aura commencé. Bon ! Une chenille solitaire finira vraisemblablement dans l'estomac d'un oiseau.


De la même façon, l'objectif final des guerriers est le saut définitif dans la tierce attention; la libération de toutes les formes d'interprétation. La quantité d'énergie nécessaire pour cela ne peut être obtenue qu'au moyen du consensus spécial d'une masse critique, afin de générer les accords nécessaires pour compacter l'énergie.


Cependant, comme beaucoup de clans sont incapables d'atteindre leur plénitude d'énergie, les naguals ont construit une oasis habitable au sein de la seconde attention, un énorme édifice d'intention situé dans une lointaine région du rêve, où les voyants vont seuls ou en petits groupes. Je l'appelle le « dôme de l'intention », parce que sa forme visible est celle d'un dôme, mais don Juan préférait l'appeler « le cimetière des naguals ».
 

    Pourquoi l'a-t-il nommé ainsi ?

 

         – Parce que séjourner dans cet espace pour y vivre implique la mort littérale du sorcier. Dans un sens pas du tout allégorique, c'est un cimetière. Bien que ceux qui choisissent ce destin aient accompli l'expansion de la conscience pour une énorme période de temps, ils devront la laisser aller quand viendra le moment.


Donc, pour beaucoup de sorciers, l'objectif immédiat du clan est le dôme des naguals, chacun espérant être capable de l'utiliser comme un port où il pourra accumuler des provisions pour une grande expédition. Pour y aller, il n'est pas nécessaire que le groupe entier parte en même temps. Parfois, les guerriers choisissent de s'y rendre un par un. Dans ce cas, ils peuvent revenir partiellement, jusqu'à ce que la structure énergétique du groupe soit complète.


Comme tu peux le voir, les défis dans lesquels les guerriers sont impliqués durant leur existence humaine sont à peine des préludes; les choses vraiment terribles viennent plus tard. Ne te demandes pas à quoi ils se consacrent pendant qu'ils restent dans ce monde; cela sonnerait comme un conte de fées. L'important est que toutes leurs activités sont gouvernées par la Règle.


            Je commentai que, en gardant à l'esprit le but du clan, la Règle pouvait être interprétée comme l'équivalent préhispanique de ce que d'autres cultures ont appelé « lois divines », c'est-à-dire un groupe de plans régulateurs conçus pour sauver l'homme.

            Carlos répliqua :


            – Ce n'est pas pareil, parce que cela ne vient pas d'un être suprême. Le mécanisme de la Règle est impersonnel, il n'a ni gentillesse ni compassion. Il n'a pas d'autre objectif que sa propre continuité.


En se permettant d'être séduits par les analogies, les anciens voyants firent l'erreur d'identifier la Règle avec leurs interprétations particulières, ils finirent alors par la vénérer et érigèrent des temples en son honneur. Les nouveaux voyants rejetèrent tout cela. Lorsqu'ils explorèrent l’art de traquer, ils dépoussiérèrent l'essence de la sorcellerie et redécouvrirent l'objectif de la liberté totale, qui ne ressemble en aucune façon aux objectifs religieux. Cela effaça la fascination du moule humain, mais eut un effet secondaire que je t'ai déjà expliqué : l'enthousiasme sauvage des anciens voyants fut substitué par des attitudes furtives et suspicieuses.


À la fin, traquer eut sur les clans de naguals l'effet de trahir les mobiles initiaux. Avec le temps, le but de la liberté totale fut réduit à de la rhétorique. Presque tous les sorciers de la lignée de don Juan ont préféré le vol vers la seconde attention. À l'exception du nagual Julian Osorio, aucun d'eux ne voulait être privé de l'aventure et de l'extase à visiter le dôme des naguals, construit par intention, situé dans une des étoiles de la constellation d'Orion.

 

Les naguals à trois points

 

              La Règle est définitive, mais son design et sa configuration sont en évolution constante. Cependant, contrairement aux évolutionnistes qui voient les adaptations de la vie comme une accumulation hasardeuse de mutations génétiques, les voyants savent qu'il n'y a pas de hasard à propos de la Règle. Ils voient comment un ordre de l'Aigle, sous la forme d'une vague d'énergie, secoue les lignées de pouvoir de temps en temps, produisant de nouvelles étapes dans la sorcellerie.


Une façon plus exacte de la décrire est de présumer que toutes les variations possibles de la Règle sont contenues dans une matrice antérieure, et que ce qui change avec le temps est le degré de connaissance que les sorciers ont de cette totalité, et quelle emphase ils développent pour certaines de ses portions. De telles périodes de changement sont récurrentes et sont représentées par le nombre trois.

            – Pourquoi trois ? 
           
            – Parce que les vieux Toltèques associaient le nombre trois avec le dynamisme et le renouvellement. Ils découvrirent que les formations ternaires – formations basées sur le chiffre trois – annoncent des changements inattendus.


La Règle dicta cela pour que, de temps en temps, un type spécial de nagual apparaisse dans les lignées; un nagual dont l'énergie n'est pas divisée en quatre parties, mais en seulement trois compartiments. Les voyants les appellent « naguals à trois points ».


            Je lui demandai en quoi ces derniers étaient différents des autres.

            Il répondit :

            – Leur énergie est volatile, ils sont toujours en mouvement et, pour cette raison, il leur est difficile d'accumuler du pouvoir. Du point de vue de la lignée, leur composition est défectueuse; ils ne seront jamais de vrais naguals. En compensation, ils n’ont pas la timidité et la réserve qui caractérisent les naguals classiques, et ils possèdent une capacité exceptionnelle à improviser et à communiquer.


On pourrait dire que les naguals à trois points sont comme les œufs du coucou qui sont incubés dans le nid des autres oiseaux. Ils sont opportunistes, mais ils sont nécessaires. Contrairement aux naguals à quatre points, dont la liberté est de passer inaperçu, ceux à trois points sont des personnalités publiques. Ils divulguent les secrets et apportent la fragmentation des enseignements, mais sans eux les lignées de pouvoir seraient éteintes depuis longtemps.


Parmi les nouveaux voyants, la Règle dit qu'un nagual s'en va en laissant un nouveau clan. Quelques-uns, par leur surplus d'énergie énorme, sont capables d'aider à l'organisation d'une seconde, voire d'une troisième génération de voyants. Par exemple, le nagual Elías Ulloa vécut assez longtemps pour créer le clan de son successeur, et avoir une influence sur le suivant. Mais cela ne signifie pas que la lignée fourchait; tous ces groupes faisaient partie de la même ligne de transmission.


Par ailleurs, le nagual à trois points est autorisé à transmettre sa connaissance de façon radiale, ce qui conduit à la diversification des lignées. Son cocon lumineux a un effet de désintégration sur le groupe qui casse la structure linéaire de transmission, et fomente un désir de changement et d'action chez les guerriers, ainsi qu'une intense disposition à être impliqués avec leurs compagnons.


            – Est-ce ce qui s'est passé avec vous ?


            – C'est cela. Dû à ma constitution lumineuse, je n'ai aucun problème à laisser des foyers de connaissance derrière moi. Je sais que j'ai besoin d'une quantité énorme d'énergie pour remplir ma tâche, et que je peux seulement l'obtenir d'une masse. Pour cette raison, que je suis disposé à diffuser largement la connaissance, à transformer et redéfinir les paradigmes.

 

La portion de la règle concernant le nagual à trois points

 

            – Comme tu le sais, reprit Carlos, mon maître prit conscience de la Règle du nagual à trois points quand il essaya d'analyser certaines anomalies à l'intérieur du nouveau groupe. Apparemment, je n'étais pas synchronisé avec le reste des apprentis. Alors il me consacra suffisamment d'attention pour voir que je masquais ma configuration énergétique.

            – Voulez-vous dire que la vision de don Juan était une méprise ?

            – Bien sûr que non ! rétorqua Carlos, ce qui le trompa était sa considération. Voir est la forme finale de la perception; il n'y a pas d'apparences, il est donc impossible de confondre. Cependant, en raison de la pression qu'il projeta sur moi pendant des années, mon énergie lutta pour se mouler à la sienne. C'est très commun chez les apprentis. Comme il était divisé en quatre compartiments, j'ai commencé à manifester une charge énergétique similaire dans mes actions.


Une fois que je fus capable de me débarrasser de son influence – ce qui me pris presque dix années de travail ardu –, nous découvrîmes quelque chose d'étonnant : ma luminosité n'avait que trois compartiments; cela ne correspondait pas à une personne moderne et ordinaire qui n'en a que deux, ni à un nagual. Cette découverte fut un grand choc dans le groupe de voyants, car ils le virent tous comme un changement profond et important pour la lignée.
Alors, don Juan revint à la tradition de ses prédécesseurs, et dépoussiéra un aspect oublié de la Règle.

 

Il me dit que l'élection d'un nagual ne peut en aucune manière être considérée comme un caprice personnel, car en tous temps, c'est l'esprit qui choisit le successeur d'une lignée. Par conséquent, mon anomalie énergétique faisait partie d'un ordre. Face à toutes mes questions urgentes, il m'assura qu'un messager apparaîtrait en temps voulu, et m'expliquerait la fonction de ma présence en tant que nagual à trois points.


Des années plus tard, durant une visite dans l'une des salles du musée national d'Anthropologie et d'Histoire, j'observai un Indien habillé d'un costume tarahumara à l'ancienne mode, qui paraissait avoir un grand intérêt pour l'une des pièces exposées. Il l'examinait de tous les côtés et montrait une telle concentration que cela  éveilla ma curiosité. Je me rapprochai alors pour regarder.


Quand il me vit, l'homme commença à m'expliquer la signification d'un groupe d'excellents dessins, soigneusement sculptés dans la pierre. Puis, tandis que je méditais sur ce qu'il venait de me raconter, je me souvins de la promesse de don Juan, et réalisai que cet homme était un envoyé de l'esprit qui venait de me transmettre la portion de la Règle concernant le nagual à trois points.

            – Et que dit cette portion, Carlos ? 

            – Elle affirme que, tout comme le clan a une matrice d'énergie de nombre dix-sept (deux naguals, quatre femmes rêveurs, quatre femmes traqueurs, quatre guerriers mâles, et trois éclaireurs), la lignée, qui est formée par une succession de clans, a aussi une structure de pouvoir, de nombre cinquante-deux. L'ordre de L'Aigle est qu'à chaque cinquante-deuxième génération de naguals à quatre points, apparaisse un nagual à trois points, qui a une action cathartique pour la propagation de nouvelles lignées à quatre points.


La Règle dit aussi que les naguals à trois points sont destructeurs de l'ordre établi, parce que leur nature n'est ni créative ni nourrissante, et ils ont tendance à asservir tous ceux qui les entourent. Elle ajoute que ces naguals doivent parvenir seuls à la liberté, parce que leur énergie n'est pas réglée pour guider des groupes de guerriers.


Comme tout dans le monde de l'énergie, le bloc de cinquante-deux générations est divisé en deux parties; les vingt-six premiers se consacrent à l'expansion et à la création de nouvelles lignées, le reste est orienté vers la conservation et l'isolement. Ce modèle de comportement a été répété millénaire après millénaire, c'est pourquoi les sorciers savent que c'est une partie de la Règle.


En résultante des activités du nagual à trois points, la connaissance devient largement connue, et de nouvelles cellules de naguals à quatre points se forment. À partir de là, les lignées reprennent à nouveau la tradition de transmettre l'enseignement selon une forme linéaire.

            Je demandai à Carlos quelle est la fréquence d'apparition des naguals à trois points ?

            – Approximativement une fois par millénaire. C'est l'âge de ma lignée.

 

La tâche des voyants d'aujourd'hui

 

            – Par la vérification de la Règle du nagual à trois points, don Juan en déduisit qu'inévitablement le temps d'une nouvelle espèce de guerriers était proche; je les ai appelés les voyants modernes.

              Y a-t-il des particularités dans la composition lumineuse de ces guerriers ?

            – Non. À toutes les ères, le modèle de l'énergie de l'homme a été très homogène, donc l'organisation du clan est la même. Cependant, les guerriers d'aujourd'hui font l'expérience d'un glissement vers le vert dans leur luminosité, ce qui signifie qu'ils sont en train de retrouver des caractéristiques des anciens voyants. C'est quelque chose d'imprévu, bien que cela soit, bien sûr, couvert par la Règle.


La vraie différence entre les voyants du passé et ceux de notre époque est dans leur comportement. En ce moment, nous ne sommes pas sujets aux mêmes répressions que dans les ères précédentes, et par conséquent, les sorciers ont moins de restrictions. Tout cela dans un but très clair : la popularisation de l'enseignement.


J'ai vécu un moment de renouvellement. Ma tâche est de fermer la lignée de don Juan avec une clé d'or, et d'ouvrir des possibilités pour celles qui viennent plus tard. C'est pourquoi j'ai dit que je suis le dernier nagual de ma lignée, pas dans un sens absolu, mais dans un sens de changement radical.


            À ce point de l’entretien, Carlos fit une pause dans son exposé et me rappela une conversation que nous avions eue la première fois que nous nous étions rencontrés.
À cette époque, je lui avais demandé de me raconter des histoires de pouvoir. Il me répondit qu'il ne pouvait pas refuser de me répondre, mais me remettre ces histoires sans aucune direction les aurait banalisées.

            – J'espère que ce que tu as vu durant ces années a rempli tes attentes. J'ai fait ce que je pouvais, prenant en compte tes limitations et les miennes. Je sais que tu as déjà commencé à entraîner ton double de rêve; et cela garantit que tu peux continuer tout seul; ton double ne te laissera pas jusqu'à ce que tu parviennes à ta totalité. La partie théorique est terminée, et il est temps de te donner un dernier cadeau.

            Le ton de sa voix, entre familier et solennel, avec lequel Carlos me dit ces mots, me fit concentrer toute mon attention.

            – L'enseignement définitif dit que, dans la connexion avec l'intention, toute personne – qui que ce soit – qui approche le nagual, a sa place dans le contexte total de la Règle. Alors tu n'es pas seul, les sorciers attendent quelque chose de toi.


            – Quoi ? lui demandai-je, un peu confus.


            Il m'expliqua : 


            – Tous les guerriers ont une tâche. La tienne est que tu accomplisses ce que l'esprit t'a demandé de faire; c'est ta voie de pouvoir.

        Et quelle est cette tâche ?

 

            – Bien, ta mission personnelle est quelque chose que ton benefactor te communiquera un jour. Cependant, en accord avec la Règle du nagual à trois points, je poursuis une stratégie à long terme élaborée par don Juan qui t'engage avec l'intention de mon maître.


Ce qui est attendu de toi est de dire à ceux qui t'entourent : « Vous êtes libres, vous pouvez voler par vous-mêmes ! Vous avez l'information nécessaire, qu'attendez-vous ? Agissez impeccablement et voyez comment l'énergie trouve son chemin. »


Dis à tout le monde qu'avec la culmination de la lignée de don Juan, la connaissance est grande ouverte. Chaque guerrier est responsable pour lui-même, et il peut lui être donné l'occasion minimale d'organiser son propre clan.


Publié à 09:23 le 20 avril 2007 dans Les Règles
Page précédente
Page 28 sur 64