Le rendez-vous magique
Interviews, compte-rendus de séminaires et notes sur la Tenségrité et les Passes Magiques


Accueil
Qui suis-je ?
Livre d'or
Archives
Mes amis

Album photos

Rubriques

Carlos Castaneda conférences
Carlos Castaneda interviews
Carol Tiggs
Florinda Donner Grau
Instructeurs de Tenségrité
Journal la voie du guerrier
La Lune du Traqueur
Les Règles
Los Angeles août 1995
Notes de Sorcellerie
Omega Institut
Séminaires de Tenségrité
Taisha Abelar

Menu

Active Recapitulation
Ambre bleu
Cleargreen
Visions chamaniques
Forum Tenségrité


la règle du nagual à trois points

                     

 

 La Règle du Nagual à Trois Points

Armando Torres

 

 

Introduction

 

            Très tôt, une tendance réfléchie de mon caractère me conduisit à chercher une explication à propos de qui j'étais et de quel pouvait être mon but dans la vie. Connaissant ma recherche, un ami étudiant vint me voir un jour pour me dire que Carlos Castaneda donnait un entretien privé chez lui, et que je pourrais venir si je voulais. J'avais longtemps attendu une telle opportunité, et fus enchanté par cette invitation.

            Castaneda était un célèbre anthropologue, auteur de plusieurs ouvrages sur la culture des sorciers mexicains de l'ancien temps. Dans ses livres, il décrit comment, étant encore étudiant à UCLA (Université de Californie), il effectua un travail parmi les Indiens yaqui dans le nord du Mexique, afin d'apprendre comment ils utilisaient les plantes médicinales. 


            Lors de l'un de ses voyages, il rencontra un vieil herboriste connu comme sorcier, qui s'appelait Juan Matus. Avec le temps, le vieil homme le prit comme apprenti et l'introduisit dans une dimension complètement inconnue pour l'homme moderne : la sagesse traditionnelle des vieux voyants toltèques, communément connue comme sorcellerie ou nagualisme.

            En une douzaine d’ouvrages, Carlos décrit une relation maître/apprenti qui dura treize ans. Durant cette période, il subit un entraînement ardu qui le conduisit à corroborer personnellement les fondations de cette culture étrange. Les expériences qu'il acquit durant son apprentissage finirent par faire succomber le jeune anthropologue à la fascination de la connaissance, et il fut absorbé par le système de croyances qu'il étudiait. Ce résultat l'éloigna fortement de ses objectifs originaux.

            Nagualisme est le nom que les sorciers du Mexique préhispanique donnaient à leur système de croyances. D'après l'histoire, ces hommes étaient profondément intéressés par leur relation avec l'univers, à un tel degré, qu'ils se dédièrent à la tâche d'étudier les limites de la perception par le biais de l'usage de plantes hallucinogènes qui leur permettaient de changer de niveaux de conscience. Après avoir pratiqué pendant des générations, quelques-uns d'entre eux apprirent à voir, en d'autres mots, à percevoir le monde, non comme une interprétation, mais comme un flux d'énergie constant.

 

            Le nagualisme consiste en un groupe de techniques conçues pour modifier notre perception journalière, produisant des phénomènes psychiques et physiques d'un intérêt extraordinaire. Par exemple, la tradition mexicaine affirme qu'un nagual est capable de se transformer en animal, parce qu'il a appris à se rêver dans une forme différente de celle d’un être humain. Derrière cette croyance populaire existe le fait que les sorciers explorent leur subconscient dans le but de mettre en lumière des aspects inconnus de notre être. 


            Le nagualisme fut une pratique socialement acceptée pendant des milliers d'années, comparable à notre religion ou à notre science. Avec le temps, son postulat grandit en abstraction et en synthèse, devenant une sorte de proposition philosophique dont les praticiens prirent le nom de Toltèques.

            Les Toltèques n'étaient pas ce que nous comprenons communément comme sorciers, c'est-à-dire des individus qui utilisent des forces surnaturelles pour causer du tort aux autres, mais plutôt des hommes et des femmes extrêmement disciplinés, qui étaient intéressés par les aspects complexes de la conscience.

            Dans ses livres, Carlos fit un effort talentueux pour adapter la connaissance des naguals à notre temps, la sortant de son atmosphère rurale et la rendant accessible aux personnes de culture occidentale. Commençant par L’Herbe du diable et la Petite Fumée, il définit les prémices du chemin du guerrier, ou le chemin du comportement impeccable, qui consiste à avoir du contrôle et de la discipline dans un effort soutenu. Une fois intériorisés, ces principes emmènent le praticien vers d'autres techniques plus complexes, dont l'objectif est de percevoir le monde de façon nouvelle.

            Ayant accompli cela, l'étudiant est en mesure de se déplacer de façon volontaire et consciente dans l'environnement de ses rêves, exactement de la même manière qu'il se déplace dans sa vie journalière. Cette technique est complétée par ce que don Juan appelait l'art de traquer, ou l'art de se connaître, et par l'exercice quotidien appelé récapitulation, qui consiste à réexaminer les événements de notre histoire personnelle pour en trouver l'intrigue cachée.

            Rêver et récapituler rendent possible la création du double énergétique, une entité pratiquement indestructible, capable d'agir selon son propre chef.

            L'une des découvertes les plus significatives des voyants toltèques était que les êtres humains possèdent une configuration lumineuse, ou champ d'énergie, autour de leur corps physique. Ils virent aussi que certains d'entre étaient équipés d'une configuration spéciale, divisée en deux parties. Ceux-là furent appelés naguals, c'est-à-dire, « gens dupliqués ». À cause de leur configuration particulière, les naguals ont de plus grandes ressources que la plupart des gens. Ils virent également qu’en raison de leur double et d'une exceptionnelle énergie, ils sont des leaders naturels.

 

Se basant sur ces découvertes, il devint inévitable que les voyants s'établissent selon les ordres de l'énergie en organisant des groupes harmonieux dont les participants se complétaient entre eux. Les guerriers de ces groupes étaient engagés dans la recherche de nouveaux niveaux de conscience. Avec le temps, ils commencèrent à réaliser que derrière leurs pratiques et leurs formes organisées, il y avait une Règle impersonnelle.

            Dans leur compréhension du mot, la Règle est la description du dessein et les moyens par lesquels diverses configurations lumineuses de l'espèce humaine peuvent s'assembler, afin d'intégrer un organisme unique appelé le « clan du nagual ». Le but de ces groupes est la liberté totale; l'évolution de la conscience au point d'être capables de voyager à travers  l'océan d'énergie cosmique en percevant tout ce qui est accessible.


            Il existe une section spéciale de la Règle qui décrit comment s'entrelacent les générations de guerriers, formant des lignées, et comment ces lignées sont chaque fois renouvelées après un certain temps.

            Le destin de Carlos fut de vivre l'une de ces étapes de renouvellement. Cependant, il ne comprit pas ce que cela signifiait avant de recevoir un message qui le guide à la popularisation des enseignements.


            Lorsque je fis sa connaissance, il montrait encore une grande réserve envers le public et essayait de garder ses distances avec les gens. Notre relation consistait principalement en conférences qu'il donnait à de petits groupes de gens, et en conversations privées.

 

            Il exigea que je passe inaperçu parmi les autres, afin de garder mon histoire personnelle sous contrôle. Plus tard, il admit que sa requête avait aussi une motivation plus profonde : j'avais un engagement avec l'esprit, et je devrai exécuter ma tâche quatre ans après le départ de Carlos.

Lorsque je lui demandai pourquoi, il me dit qu'il savait que tout son travail serait obstrué par des détracteurs qui essaieraient de faire échouer le plan conçu par don Juan pour une révolution de la conscience. Ma fonction serait de livrer le témoignage du message que j'avais reçu.

 

Le présage

 

            Un jour, après avoir donné une conférence dans le salon privé d'un restaurant où il nous avait tous invités à dîner, Carlos me demanda que je l'accompagne dans un autre endroit. Quelques minutes plus tard, nous partions tous les deux, laissant les autres invités dans une discussion animée.


            Sur le chemin, nous dûmes traverser une large avenue. Pour prendre de l'avance sur les voitures, je courus vers un îlot triangulaire au milieu de la rue, croyant que Carlos me suivait. Mais lorsque j'arrivai là, je réalisai qu'il était toujours de l'autre côté de la rue.

            Il se passa alors quelque chose d'inattendu; une magnifique bourrasque de vent s'engouffra dans l'avenue, tellement puissante que je dus m'accrocher à un poteau métallique de signalisation. Avant d'avoir le temps de me protéger, un nuage de poussière s'introduisit dans ma gorge et dans mes yeux, me faisant tousser et me laissant momentanément aveuglé.


            Lorsque je repris mes esprits, Carlos était à mes côtés, me regardant avec un visage rayonnant. Il me tapa sur l'épaule et fit un commentaire très étrange :

            – Je sais ce que je vais faire de toi !


            Je le regardai interrogativement, et il m'expliqua :


            – C'était le même vent, il te chasse.

            Ses paroles me rappelèrent le jour où nous avions fait connaissance, lorsqu'une bourrasque automnale nous avait forcés à fermer précipitamment les fenêtres de la pièce où  un groupe d'amis l'attendait.

            – À cette occasion, tu le perçus comme un vent fort, mais je savais que c'était l'esprit qui tournait autour de ta tête. C'était un signe, et à présent je sais pourquoi il t'indiquait à moi.

            Je lui demandai qu'il m'explique son affirmation énigmatique, mais sa réponse fut encore plus obscure :

            – Je suis l'héritier d'une certaine information. C'est un aspect des enseignements qui me concerne tellement profondément que je ne peux l'expliquer aux autres. Cela doit être dit par le biais d'un messager. Tandis que j'observais comment l'esprit dansait avec toi sur le bord de l'avenue, j'ai su que ce messager, c'était toi.

            J'insistai pour qu'il m'en dise plus, mais il me dit que ce n'était ni le moment ni le lieu appropriés.

 

Qu'est-ce que la Règle ?

 

            Un peu plus tard, nous marchions dans le parc Alameda. Près du palais des Beaux-Arts, il me fit signe que nous pouvions nous asseoir sur un banc, miraculeusement laissé libre, sur l'un des côtés du square. Le banc était en fer forgé; son emplacement – juste en face de la porte principale d'une vieille église construite avec des blocs de lave rouge et noire – avait la vertu de bloquer légèrement mon dialogue intérieur, ce qui me transporta vers une oasis de sérénité parmi l'agitation de la circulation des voitures et des gens qui passaient par là.

            Il s'avéra que Carlos avait prévu cet impact et sa fonction didactique. Il commenta que c'était le banc favori de don Juan, ce qui me toucha beaucoup. En se frottant les mains, il m'assura que c'était le moment d'en venir au sujet.

            – Sais-tu ce qu'est la Règle ? demanda-t-il.

            Bien que j'eusse lu quelque chose à ce sujet dans l'un de ses livres, je n'en avais pas compris grand-chose. Je niai donc d'un signe de tête. 


            Il continua :

            – C'est le nom que les voyants ont donné au guide d'un clan de sorciers, un genre de charte de navigation, ou un livre de bord des missions et des devoirs d'un guerrier dans le cadre de ses pratiques.


Après une vérification exhaustive, les sorciers de l'ancien Mexique aboutirent à la conclusion que, de même que tous les êtres vivants possèdent un modèle biologique défini qui leur permet de se reproduire et d'évoluer, nous avons aussi un modèle énergétique responsable de notre développement en tant qu'êtres lumineux.

 

Le moule d'une espèce extrait son énergie de la Règle. La Règle est un genre d'utérus, elle contient un plan évolutif pour chaque être vivant, non seulement sur Terre, mais aussi dans chaque coin de l'univers où existe la conscience. Personne ne peut se détacher d'elle. La seule chose que nous puissions faire est d'ignorer son existence, dans ce cas, nous n'atteindrons pas l'étape où nous pouvons devenir ce que nous sommes vraiment : une masse vivante au service d'un but qui nous dépasse.


Dit en termes de sorciers, la Règle est un diagramme des commandements de l'Aigle, une équation qui met en corrélation l'efficacité des actes avec l'économie d'énergie. Dans la sphère pratique, une telle combinaison ne peut produire autre chose qu'un guerrier.


La Règle est complète et couvre toutes les facettes du chemin du guerrier. Elle décrit comment un clan du nagual est créé et nourri, de quelle façon les générations sont connectées pour former une lignée, et comment elle les conduit à la liberté. Mais pour l'utiliser comme une clé de pouvoir, nous devons la vérifier par nous-mêmes. 

            – Comment peut-elle être vérifiée ? demandai-je.

            – La Règle est évidente en soi pour le sorcier qui voit. Pour un débutant comme toi, le meilleur moyen pour attester de sa fonctionnalité consiste à détecter son intrusion dans ta vie quotidienne.

 


Publié à 09:26 le 20 avril 2007 dans Les Règles
Page précédente
Page 26 sur 64