Le rendez-vous magique
Interviews, compte-rendus de séminaires et notes sur la Tenségrité et les Passes Magiques


Accueil
Qui suis-je ?
Livre d'or
Archives
Mes amis

Album photos

Rubriques

Carlos Castaneda conférences
Carlos Castaneda interviews
Carol Tiggs
Florinda Donner Grau
Instructeurs de Tenségrité
Journal la voie du guerrier
La Lune du Traqueur
Les Règles
Los Angeles août 1995
Notes de Sorcellerie
Omega Institut
Séminaires de Tenségrité
Taisha Abelar

Menu

Active Recapitulation
Ambre bleu
Cleargreen
Visions chamaniques
Forum Tenségrité


Session QR Florinda-Omega

Session de questions-réponses avec Florinda Donner - Omega institut – mai 1995

 

         Un homme posa une longue question en demandant si ce qui était arrivé à Castaneda et Carol Tiggs avait changé la voie du groupe. Florinda répondit : « La question qui nous préoccupe actuellement est ‘sommes-nous condamnés à toujours interpréter ?’ Est-ce à cause de cela que nous sommes coincés ? Notre espoir réside dans les deux éclaireurs, le bleu et le orange, qui ont un type différent d’énergie, et qui agissent comme nos guides énergétiques, nous indiquant qu’il y a un moyen de traverser cette limitation d’interprétation. » 

         -         Quel est le but de ce week-end ? »

         -         De vous donner quelque chose. Quelque chose nous est arrivée énergétiquement, nous avons réellement été capable de suivre la voie du vieux nagual et d’annuler nos interprétations. Nous, les disciples de don Juan, avons eu du mal à accepter à la fois son amour inconditionnel et son inconditionnelle indifférence envers nous. Cela nous a forcé à changer et à réévaluer ce que nous faisions vraiment. L’amour tel que nous le connaissons est une interprétation. Nous devons apprendre à la façon des sorciers comment aimer véritablement. »  

        Un homme demanda quelque chose à propos de la recherche de la certitude. Florinda répondit : « Nous sommes plus que nous en donnons l’apparence. Il y a plus au-delà. Lorsque nous sommes de purs percepteurs, c’est totalement chaotique. Y a-t-il un moment où nous pouvons juste voir l’énergie directement ? Oui, nous pouvons passer à travers les murs et disparaître, même si c’est juste pour un instant. »

         Un homme posa une question sur Ken Eagle Feather et Merilyn Tunneshende (deux personnes qui affirment avoir été en contact avec don Juan). Florinda dit : « Ces gens existent, mais ils n’ont rien à voir avec nous. » 

         -         Comment pouvons-nous changer notre direction ? »

         -         Au lieu de s’inquiéter à propos de ça, nous pourrions investir tout ce que nous avons pour essayer d’élever notre conscience. »        

         Une femme demanda plus d’informations à propos de l’éclaireur orange et du monde de Castaneda et Carol Tiggs. Florinda promit que les chacmools parleraient plus tard des éclaireurs. 

         -         Pourquoi avez-vous les cheveux courts ? »

         -         J’ai été tondue après avoir vécu avec des lamas dans les années soixante-dix et avoir attrapé des poux. Lorsque mes cheveux ont repoussé, ils étaient ‘comme ça’. Ainsi, le cheveu est pratiquement mort à la racine. C’est pratique et propice d’avoir les cheveux courts. » 

         -         Peut-on atteindre la liberté sans un nagual ? »

         -         Dans un certain sens non, mais en voyageant énergétiquement, nous sommes en connexion les uns avec les autres. Lorsque notre conscience s’est accrue, nous pouvons comprendre tellement plus. Vous pensez que vous me comprenez ici, pendant à peu près une demi-heure, et puis plus tard vous penserez que nous ne disons que des conneries. Notre conscience doit s’élever au-dessus de nos doigts de pieds. La récapitulation nous permet de voir notre vie comme elle est, sans l’analyser. La première récapitulation doit être très systématique, parce que cet effort nous force à utiliser des parties de notre cerveau que nous n’avons jamais utilisé avant. La récapitulation en elle-même nous donne de l’énergie. Une bonne récapitulation vous donnera la certitude que vous n’êtes pas si spécial que ça. En fait, nous avons trois ans, nous avons appris une, ou si nous sommes exceptionnel, peut-être deux façons de manipuler le monde. A trente ans, nous employons toujours les mêmes moyens, et apprendre cela au travers de la récapitulation est choquant. Nous attendons toujours des autres qu’ils modifient leur comportement, mais nous ne nous observons pas nous-même. Sauf quand nous aimons quelqu’un – alors, de façon temporaire, nous sommes patients, mais seulement tant que l’autre personne nous aime, car sinon nous l’envoyons en enfer. »         

         Un homme demanda plus de précisions sur la technique de la récapitulation. Florinda dit que les détails n’avaient pas beaucoup d’importance, par exemple, on n’est pas obligé de la faire dans une grotte ou une boîte, il suffit juste de trouver un endroit spécifique. « Il est important de la faire sérieusement, régulièrement, pourquoi pas dans un placard ou dans un petit coin tranquille ? On peut aussi utiliser la même chaise ou le même crayon – Ce que vous voulez. »  

         -         Combien de temps cela prend-il pour que la conscience s’élève ? »

         -         Ce n’est pas soudain. C’est très lent et douloureux. »         

         Un homme posa une question sur la situation actuelle de don Juan. Florinda dit : « Nous ne savons pas vraiment. Nous croyons qu’il est dans une autre couche de l’oignon, un autre monde, mais nous ne savons pas vraiment. » 

         -         Comment cassons-nous le cycle de la pensée ? »

         -         Cela arrive dans des moments inattendus. Une fois que le corps peut s’accrocher à quelque chose d’énergétique, il peut alors y retourner. Les idées effrayantes sont une forme d’indulgence. Ce sont des interprétations. Il n’y a que ce nous percevons, rien n’est bien ou mal. » 

         -         Pourquoi nous souvenons-nous de ce que nous expérimentons avec les drogues et pas des états de conscience accrue ? »

         -         Avec les drogues, nous ne pouvons nous souvenir que d’instants, et c’est la même chose avec les expériences que nous avons durant notre sommeil ou durant une privation de nourriture ; nous n’avons que des flashs de conscience. Une fois dans l’état de conscience accrue, c’est comme une vie parallèle, ça dure des jours, des semaines, etc. Mais nous avons besoin d’une grande quantité d’énergie pour cela, d’une énergie qui n’est pas utilisée dans le monde de la vie quotidienne. Une fois que notre conscience s’est accrue, les flyers ne nous trouvent plus savoureux. Ils cherchent des proies plus faciles. » 

         -         Quel processus emploient les flyers pour prendre notre énergie ? »

         -         En nous mâchant. Non, ils aiment notre énergie jusqu’au niveau de nos talons. Enfants, nous avons vécu des années d’une intense douleur, nous voulions être comme tout le monde. Après des années d’entraînement, cela est devenu plus facile à vivre pour nous. Nous sommes fondamentalement des singes répétitifs. Les jeunes enfants qui perçoivent sont ‘pure perception’. Quand ils parlent aux adultes ils peuvent recevoir des signaux très contradictoires, par exemple une mère exaspérée qui dit avec colère à son enfant ‘ Tu ne vois pas que je t’aime ?!’ Les enfants voient. Pour devenir des êtres sociaux, nous imitons nos parents. Nous marchons et nous parlons comme papa et maman. »        

         Un homme demanda un exemple de traquer. Florinda dit que cela serait évoqué le jour suivant.  

         -         Est-ce que l’occasion d’avoir une occasion n’est possible que pour un groupe ? »

         -         Non, c’est pourquoi nous sommes ici. Il n’y a rien de spécial à notre propos ; les chacmools l’ont fait toutes seules. Quelque chose en elles les a changées énergétiquement, à travers leur propre implacabilité. La Tenségrité n’est pas une série d’exercices ; ce n’est pas l’entraînement de Jane Fonda. Des gens au Mexique m’ont dit : ‘Gee, j’ai fait tout le voyage depuis l’Argentine juste pour apprendre des exercices. J’aurais aussi bien pu aller voir Jane Fonda, au moins j’aurais perdu du poids !’ Nous portons des œillères qui ne nous permettent que de nous voir nous-même, nous répétant indéfiniment. Nous pouvons casser cela énergétiquement, au travers de la récapitulation et de la Tenségrité. Vous devez investir tout ce que vous avez là dedans, et encore plus – et encore, vous ne pouvez pas savoir si quelque chose se passera. » Florinda affirma que les chacmools étaient énergétiquement différentes des personnes qui entrèrent dans leur monde 10 ans auparavant. Et même si les naguals ont plus d’énergie, dans la vie de tous les jours, ce surplus d’énergie les rend juste plus stupide – ils ont plus d’énergie pour être dense.         

         Un homme posa une question sur les pratiques énergétiques chinoises et leur relation avec la Tenségrité. Florinda affirma que certains des anciens sorciers pratiquaient les arts martiaux. Le nagual Lujan et le nagual Elias aussi. L’intention de la Tenségrité est d’aider notre niveau de conscience à s’élever. Les mouvements portent cette intention en eux. Castaneda leur a dit d’apprendre les arts martiaux, ce qui les a aidé, mais ce n’est pas la même intention.        

         Un homme posa une question sur le défieur de la mort. Florinda dit que Carol Tiggs allait parler de ça.        

         Un homme posa une question sur l’intention. Florinda répondit : « Nous intentionnons la vie de tous les jours. Nous intentionnons cette tente. Les mouvements de Tenségrité ont une intention différente qui est d’élever notre niveau de conscience. En les répétant, quelque chose est accrochée. » 

         -         Pouvez-vous parler de l’activité sexuelle ? »

         -         On me pose toujours cette question ; ça tombe toujours sur moi ! », se plaignit-elle en plaisantant. Puis elle ajouta : « Castaneda est supposé être célibataire. J’espère qu’il l’est. » Florinda enleva alors ses lunettes, et en blaguant : « Je préfères ne pas voir vos visages quand je parle de ça. Le nagual disait que nous sommes tous des ‘baises ennuyeuses’, dans le sens où nous avons été conçus dans un ennui complet ou à moitié complet. Ainsi, notre énergie est à un niveau médiocre. Donc, il est préférable que nous ne la dépensions pas en la gâchant. L’énergie sexuelle est notre énergie la plus puissante. 90% de notre énergie va dans notre présentation du moi, 88% dans le but d’être attirant pour le sexe opposé. Si nous soustrayons notre énergie de cela, elle est débloquée pour notre perception. Si vous voulez être obsédé par le sexe, allez-y. Le célibat doit être un choix personnel, il ne peut pas être imposé. Les femmes simulent l’orgasme. L’énergie sexuelle décline – les hommes et les femmes deviennent de plus en plus infertiles. Le sexe est une grande explosion d’énergie. » 

         -         Qu’en est-il des vers lumineux que les hommes laissent dans le corps des femmes ? »

         -         Ahhh. Energétiquement, un lien doit s’établir pour que l’homme prenne soin de la progéniture et pour s’assurer que les femmes et les enfants s’en occupent. Ainsi un homme doit retourner à la même configuration énergétique. Les femmes sont taxées deux fois plus énergétiquement. Nous soutenons les mâles – nos ‘pauvres bébés’ – énergétiquement faibles, et je ne parle pas de psychologie ici. L’univers est principalement féminin. » Florinda raconta l’histoire d’une femme prenant soin de deux hommes dans un aéroport et les aidant à porter leur valise. « Même parmi les sorciers, les hommes sont des ‘pauvres bébés’. Mais vous n’avez pas besoin d’attendre sept ans pour être libérée des vers : une bonne récapitulation les détruira. »    

         Un homme posa une question sur le fait de tomber malade en rencontrant des êtres inorganiques. Florinda répondit : « Non, vous ne tombez malade qu’en faisant une bonne récapitulation. » Elle dit qu’elle et Taisha avaient vomi durant leur récapitulation.        

         Un homme posa une question sur ‘voir’. Florinda dit que les sorciers ne voyaient pas avec leurs yeux, mais avec leurs corps entier. Lorsqu’ils interprètent pour les autres ce dont ils font l’expérience, cela sonne comme si la perception venait des yeux.        

         Une femme demanda comment stopper le dialogue intérieur. Florinda répondit : « C’est très dur. Vous pouvez y arriver au travers des mouvements de Tenségrité. Certains peuvent les trouver nauséeux, c’est parce qu’il faut se concentrer pour les faire de la façon appropriée. »        

         Un homme demanda si le fait que Castaneda avait le tempérament des anciens sorciers était un souci. Florinda répondit : « Non. Don Juan évitait le monde des êtres inorganiques afin de brûler au-delà. Nous nous demandons si c’est possible – si ils sont allés au-delà des limites de notre matrice, et si les êtres humains peuvent aller au-delà de notre limite interprétative. » Elle affirma qu’ils restaient ouverts sur l’issue de cette question, pour empêcher Castaneda de devenir morbide à ce propos. Elle ajouta que les hommes étaient plus morbides par nature.        

         Une femme posa une question sur l’intention requise en faisant de la Tenségrité. Florinda répliqua simplement que l’intention était très importante dans la Tenségrité.        

         Un homme demanda si quelqu’un avait déjà essayé de ‘voir le voir’, suggérant que cela pourrait aider le groupe à casser les liens d’interprétation. Florinda répondit que non, on ne pouvait pas. « Une fois que le système d’interprétation est annulé, vous ne pouvez pas utiliser le voir, vous ne pouvez pas rester en arrière. » On leur avait à eux-mêmes demandé d’aller à l’école, pour devenir logique et aller au-delà des idéologies.        

         Un homme posa une question sur le fait d’être ‘sans forme’. Florinda déclara que les plus ‘sans forme’ de leur groupe étaient Castaneda et Carol Tiggs. « Si rien ne les retenait de partir, ils auraient beaucoup de mal à rester. Je me rappelles toujours que Castaneda doit m’emmener avec lui, parce qu’il m’a empêché de partir avec la vieille Florinda. »        

         Un homme posa une question sur leur souci à être si focalisés sur ‘le saut’, sur ‘la vie après la vie’. Florinda répondit qu’au contraire, ils se focalisaient sur le fait de naviguer dans l’infini, et d’aller dans l’inconnu.  

         -         Quel est votre intérêt à vous soucier de nous ? »

         -         C’est si facile, si simple pour nous de faire ça. Tout ce qui est nécessaire pour élever la conscience est simplement de laisser tomber le sens du moi. »        

         Un homme demanda si nous devions former des groupes. Florinda dit : « Non, même notre groupe est très solitaire. Quelque chose d’énergétique nous connecte. Ce n’est pas parce que nous vivons ou mangeons ensemble. Nous pourrions aller au cinéma ensemble. Il n’y a aucune garantie que nous fassions le saut ensemble. »        

         J’ai posé une question sur la place des homosexuels, hommes et femmes, dans le monde des sorciers, ajoutant que les livres étaient assez ‘ hétérocentriques’. Florinda répondit que les livres reflétaient la tradition d’une bande de vieux mexicains, qui étaient très coincés sur la sexualité, et c’était pour cette raison que les livres n’en parlaient pas. « Les lesbiennes n’étaient pas vraiment réelles pour eux. La seule chose sur laquelle don Juan fit un commentaire, lorsque le sujet de la sexualité fut évoqué, c’était qu’il ne comprenait pas que certains homosexuels vivent en couple comme des hétérosexuels. Il semblait se demander pourquoi ils ne tiraient pas avantage du fait d’être en dehors de la norme. Moralement, cela n’avait aucune importance pour lui. » Selon elle, les hommes préfèrent être ensemble de toute façon. « Les mâles n’aiment pas les femelles. Oui, nous sommes de bonnes partenaires sexuelles et des mères, mais dans l’absolu, énergétiquement, vous préférez votre propre genre. Et c’est pareil pour les femmes. En tant que société, nous n’avons pas beaucoup exploré si les femmes pouvaient s’aimer entre elles, au-delà d’être ensemble parce qu’elles sont toutes les deux misérables. »        

         Un homme posa une question sur la récapitulation, si le but était de simplement revoir toutes nos interactions humaines. Florinda répondit : « La thérapie examine ces interactions. La récapitulation n’est pas l’action d’examiner. Nous cherchons à découvrir nos comportements spécifiques, qui sont répétitifs et ennuyeux. La seule chose spéciale à notre propos est que nous sommes des perceveurs, sans voir à quel point nos répétitions sont destructrices pour nous. »        

         Un homme demanda si, durant le siècle passé, notre connaissance humaine avait beaucoup changé. Florinda répondit : « D’après don Juan, non, rien n’a vraiment changé, juste notre focalisation sur le moi. La conscience est différente de la connaissance. La conscience est un état énergétique, pas juste psychologique ; c’est un état de possibilités. Nous n’avons pas beaucoup changé, nous maintenons notre vie telle qu’elle est, et nous voulons sauver la forêt vierge, mais nous disons que les Brésiliens devraient s’en occuper. Nous pouvons à l’occasion envoyer un peu d’argent, mais nous ne nous changeons pas notre propre comportement à engloutir les ressources naturelles. Don Juan disait que juste avant que les dinosaures ne soient en voie d’extinction, ils avaient eu l’intention de voler. »  

         -         Quel est l’impact des enfants sur nos oeufs lumineux ? »

         -         Carol Tiggs et moi avons toutes deux donné naissance à un éclaireur. J’ai eu le orange. Cela n’a pas tant d’impact que ça, sauf que l’on doit travailler plus dur ou courir plus vite. Nous pouvons avoir des trous mais cela nous pousse à travailler plus dur. »        

         Un homme posa une question sur la quête de liberté totale. Florinda répondit : « Cette voie est une voie ouverte. Nous savons où l’autre voie mène. »        

         Un homme posa une question que je n’entendis pas distinctement sur don Juan, sur la caractéristique d’être impeccable en tant que guerrier. Florinda répondit : « L’impeccabilité est un octroi supplémentaire énergétique. Nous sommes implacables avec nous-même, pas avec le monde qui nous entoure. »        

         Un homme posa une question sur la mort de la Gorda. Florinda dit : « Elle est morte il y a dix ans, dans une explosion d’ego. Elle pensait qu’elle était le nagual, parce que don Juan lui avait dit qu’elle était une rêveuse sans égal. Elle était impatiente avec Castaneda, et Carol Tiggs n’était pas dans le coin. Elle est entrée en combustion – elle a presque sauté, mais elle n’a pas pu soutenir sa manœuvre, parce que sa volonté provenait de son égomanie. Alors elle est morte dans nos bras. »        

         Une femme demanda si la Gorda aurait pu déplacer son point d’assemblage. Florinda dit : « Théoriquement c’était possible, mais en général, la folie est une explosion d’égomanie. Nous sommes sobres. Nous devons l’être, parce qu’autrement nos expériences nous conduiraient à la folie. »        

         Une femme demanda s’ils se préparaient à essayer de sauter au-delà des couches de l’oignon. Florinda répondit : « Oui, ce qui nous intéresse est ce qui se trouve au-delà de l’oignon. »        

         Quelqu’un posa une question à propos de l’abîme. Florinda expliqua que lorsque Castaneda avait sauté, il avait changé énergétiquement. Elle mentionna également le fait que Nestor, Pablito et les petites sœurs avaient rejoint don Juan il y a peu de temps.        

         Une femme demanda comment les chacmools avaient été choisies. Florinda expliqua qu’elle avait rencontré Kylie 10 ou 15 ans auparavant, dans une galerie d’art à Oslo (à part, Florinda déclara que Kylie était une grande artiste). Florinda était tombée malade après avoir mangé trop de chocolat français dans l’avion. Elle avait vomi et Kylie s’était occupée d’elle. Kylie connaissait Castaneda. Florinda lui avait dit de venir lui rendre visite, sans vraiment le penser, et Kylie s’était présentée à leur agent un an plus tard. Florinda lui avait dit de partir, mais elle avait décidé de rester, jusqu’à ce que quelque chose change en elle et qu’il n’y ait plus aucun moyen de la refuser. « Energétiquement elles devinrent des chacmools, à cause de ce qu’elles firent. Beaucoup ont essayé de rester avec nous, et soit ils sont devenus fous, soit ils n’aimaient pas ça car notre vie est trop rigoureuse. »        

         Un homme demanda s’il était possible de cesser d’interpréter. Florinda répondit : « Oui. » Il continua en demandant si on devenait une ‘part du tout’. Florinda dit : « Notre manière de voir l’énergie s’est déplacée au-delà du point d’assemblage. Notre souci maintenant est de savoir si on peut arrêter d’interpréter tous ensemble, alors oui, Lee Marvin a peur, et alors ? »        

         Une femme demanda si il y aurait d’autres passes de Tenségrité qui seraient ajoutées. Florinda répondit : « Oui, de nouvelles vidéos sont prévues. Et un séminaire intensif est aussi prévu à Los Angeles. »        

         Un homme demanda si la Tenségrité pouvait aider dans le traitement des gens qui avaient un problème mental. Florinda dit qu’elle ne pensait pas que de telles personnes étaient intéressées par la Tenségrité, « et puis, c’est qu’est-ce qu’un ‘problème mental’ ? »        

         Un homme posa une question sur le fait de drainer l’énergie des autres. Florinda répondit : « Personne ne peut prendre de l’énergie à quelqu’un d’autre. Au Mexique, certains pensaient que nous étions des vampires. Nous plaisantions ensemble en leur disant ‘Vous pensez que nous en avons après vos doigts de pieds ?’ Nous gaspillons notre propre énergie en nous concentrons sur nous-même. Le véritable amour est pure affection, juste pour le plaisir. »        

         Un homme lui demanda si elle était amoureuse. Florinda répondit : « Oui, j’aime Carlos, Carol Tiggs, Taisha Abelar, les chacmools, et les nouveaux gardiens. Je n’attends rien en échange. Aimer vraiment un autre être c’est arrêter de se faire du souci à propos de soi-même. Ainsi, peu importe ce que fait l’autre personne. Tous nos soucis sont  - ‘mon opinion n’a pas été prise en compte, il faut me croire, ce n’est pas ça, etc.’ »        

         Un homme demanda si l’Aigle était comme l’ego. Florinda opina : « Oui, ça se pourrait. C’est quelque chose qui profite de notre conscience, qui se nourrit de notre importance personnelle. L’univers est prédateur. L’énergie cherche l’énergie. »         Un homme demanda si nous pouvions voir toute notre vie lorsque nous mourrons, alors quelle était la différence avec la récapitulation. (Je ne suis pas sûr d’avoir eu l’essentiel de la réponse, car celle-ci ne semble pas correspondre à la question) Florinda répondit que don Juan se fichait des rêves. « Vous avez juste une plus grande conscience. L’énergie est disponible à travers le rêve, mais seulement au travers d’un intense contrôle, pour lequel vous avez besoin de beaucoup d’énergie. » 

         -         Que signifie tromper la mort ? »

         -         Les sorciers veulent partir en pleine conscience, dans leur forme physique, dans un monde différent. Oui, nous voulons éviter la mort, et il est certain que nous ne voulons pas mourir dans le monde quotidien. » 

         -         Pourquoi pensez-vous que don Juan est coincé (dans une autre couche de l’oignon) ? »

         -         A cause des récents voyages de Castaneda et Carol Tiggs. »        

         Un homme posa une question sur le plan astral évoqué par les gourous indiens qui est comparable aux autres mondes des sorciers. Florinda dit qu’elle ne connaissait pas grand-chose à l’Inde. « Don Juan était très pragmatique, il ne voyait pas cela comme une connaissance ou une théorie, il voyait d’autres mondes, et s’intéressait à élever le niveau d’énergie pour faire exploser les paramètres de notre perception. Je ne sais pas si c’est la même chose pour les Indiens. » Elle suspectait leur point de vue d’être, d’une certaine façon, encore prisonnier de l’ordre social.         

         Un homme posa une question sur les nouveaux gardiens. Florinda dit que ce n’était pas à elle d’en parler, et expliqua qu’ils étaient en train d’essayer d’éradiquer leur histoire personnelle. Elle ajouta qu’ils étaient entrés en contact avec eux grâce à un véritable effort de leur part. »        

         Un homme annonça qu’il avait 16 questions, dont : « Comment restez-vous concentrés et en quoi cela est-il relié au fait d’éradiquer l’histoire personnelle ? » Florinda répondit qu’une plus grande quantité d’énergie nous fait prendre conscience que nous sommes plus que ce qu’on nous a enseigné à être. « C’est une façon très pragmatique d’activer quelque chose se trouvant hors du cadre restreint des gens qui vous connaissent, et de vos points de référence habituels. D’un point de vue pragmatique, les gens qui vous connaissent vous ‘clouent sur place’. Pour moi, c’était très important d’être séparée de ma famille et de mes vieux amis. Etant originaire d’Amérique du sud, j’ai pu couper tous mes contacts avec ma famille en venant à Los Angeles. Et de toute façon, ils savaient que j’avais toujours été un peu non orthodoxe. Je n’ai pas eu de contacts avec eux pendant 10 ans, et cela coupa nos liens. Lorsque je suis retournée voir mes parents, à un certain niveau, ils savaient que j’étais différente. »         

         Un homme fit observé que ‘ la règle’ (décrite dans Le Don de l’Aigle) semblait avoir changée, et il demanda si cela signifiait que ce qui avait été écrit n’était plus pertinent. Florinda répondit : « Non, ce n’est pas ça. Ce qui a été écrit est l’authentique récit d’un processus et de ses pratiques. La métaphore de Taisha dit que c’est comme de l’eau d’une rivière qui coule sur des pierres. Les pierres sont toujours là mais l’eau qui s’écoule sur eux est nouvelle. J’avais l’habitude de demander des règles à don Juan, ce qu’il fallait faire. Je me battais avec lui, lui disant que j’étais Allemande, et que s’il voulait bien me dire quoi faire, je le ferai. Lorsque j’ai envisagé de faire une recherche anthropologique en Amazonie, il m’a juste dit de ne pas me servir des autres, ce qui incluait mes parents, pour avoir des connexions et de l’aide, car c’est ce que je faisais d’habitude. Il m’a dit de le faire toute seule. Je l’ai presque tué quand il m’a dit ‘Tout ce que tu possèdes ce sont tes cheveux blonds et tes yeux bleu dans un pays où ça compte’. Mais cela m’a changé. »        

         Une femme demanda si en faisant sa récapitulation sexuelle, il était plus simple d'être célibataire. Florinda répondit que cela dépendait sur quoi on se concentrait. « Ce n’est pas tant sur la baise mais ce qui va avec. »        

         Un homme demanda s’il existait quelque chose dans leur système à propos d’appeler le grand esprit ou sur la prière. Florinda dit : « Non. Quand Nelida me demandait d’appeler l’intention, j’allais à la fenêtre et je criais ‘Intention !’ Le nagual disait que vous ne priez pas l’intention, vous demandez, vous l’appelez avec énergie. L’esprit est juste de l’énergie. »         

         Un homme posa une question sur l’histoire du chien dans 'Les Portes du Rêve'. Florinda éluda la question en disant : « C’était il y a si longtemps ! » Elle expliqua ensuite qu’on lui avait demandé de faire sa thèse en dehors du Mexique, car autrement cela aurait été trop facile. « J’ai trouvé une guérisseuse. La première version de ma thèse n’a pas été acceptée, elle n’était pas assez scientifique pour UCLA. Cette guérisseuse croyait que nous sommes énergétiquement reliés à ceux qui nous sont connectés avec nous – nos parents, etc. »        

         Un homme posa une question sur le fait qu’elle avait dit de ne pas récapituler les personnes avec qui on était, et posa une autre question sur les parents. Florinda dit qu’elle n’était pas connectée avec ses parents. « Mes parents m’avaient cloué sur place, je ne pouvais pas bouger à moins de casser le lien que nous avions. »        

         Un homme demanda si on pouvait récapituler les personnes pour qui on avait de l’affection. Florinda répliqua : « Oui, mais ça peut changer le courant énergétique. Nous avons une irrépressible tendance à nous placer au-dessus des autres. »        

         Un homme demanda: « La liberté totale n’est-elle pas l’ultime quête ? » Florinda répondit : « C’est juste une idéalisation tant que nous n’avons pas accrue notre conscience. Autrement, c’est de la masturbation mentale. Le clan de don Juan brûla avec le feu du dedans, formant la configuration du serpent à plumes, en faisant un dernier tour pour nos yeux. Seize personnes disparurent. La vieille Florinda disparut après la mort de la Gorda, parce que nous étions tous responsables et la vieille Florinda nous injuriait. Elle nous traitait d’incompétents, alors elle décida de sauter toute seule. Il y a un oranger en face de ma fenêtre, et ce jour là, la vieille Florinda portait une robe blanche et un ‘sun-bonnet’. Je vis brièvement une lumière, mais j’ai pensé que la vieille Florinda était seulement en train de se cacher lorsqu’elle disparut. Mais non, elle était soudainement partie, laissant juste une étrange vibration derrière elle, qui alla vers les arbres et secoua l’oranger en fleurs. La vieille Florinda voulait me prendre avec elle, mais Castaneda ne voulait pas que je parte alors il m’a poussé hors du chemin. »        

         Un homme demanda ce que le groupe attendait pour sauter. Florinda dit : « Nous attendons de pouvoir partir comme un groupe ou au moins de savoir qu’individuellement nous pouvons le faire. » Elle ajouta qu’elle ne savait pas si Nestor, Pablito et les autres avaient sauté dans le même endroit que don Juan. 

         -         A quoi ressemble la mort pour nous ? »

         -         Nous mourrons. »              Une femme demanda si il y avait des gens d’ailleurs qui sautaient dans notre réalité ? » Florinda dit : « Nous n’en avons pas rencontré, mais pourquoi pas ? » Le monde des êtres inorganiques, par exemple, est un monde parallèle, avec des entités énergétiques.          Un homme posa u

Publié à 12:47 le 9 mai 2007 dans Omega Institut
Page précédente
Page 21 sur 64