Le rendez-vous magique
Interviews, compte-rendus de séminaires et notes sur la Tenségrité et les Passes Magiques


Accueil
Qui suis-je ?
Livre d'or
Archives
Mes amis

Album photos

Rubriques

Carlos Castaneda conférences
Carlos Castaneda interviews
Carol Tiggs
Florinda Donner Grau
Instructeurs de Tenségrité
Journal la voie du guerrier
La Lune du Traqueur
Les Règles
Los Angeles août 1995
Notes de Sorcellerie
Omega Institut
Séminaires de Tenségrité
Taisha Abelar

Menu

Active Recapitulation
Ambre bleu
Cleargreen
Visions chamaniques
Forum Tenségrité


Séminaire de Mexico - Janvier 1996

 
 
 
 
Séminaire de Mexico - Janvier 1996



         
Six à Sept cent personnes s'étaient réunies vendredi soir dans la vaste salle de balle du Centre Asturiano, près de l'hôtel Nikko, dans le parc de Chapultepec, pour écouter la première conférence du Nagual. Elle devait se dérouler de 20h à 22h, mais la plupart des gens étaient déjà installés sur leur chaise à 18h45, et la conférence et la session de questions-réponses durèrent beaucoup plus longtemps que prévu, jusqu'à 22h40.

         Castaneda traita la plupart des sujets qu'il avait déjà traités au cours de séminaires précédents, et il sembla être aussi drôle et déterminé en espagnol qu'il l'est en anglais. Cependant, l'audience avait une attitude différente de celle d'un séminaire typiquement américain. Durant la session de questions-réponses, plusieurs personnes hurlèrent leur question à Castaneda, parfois avant qu'il ait fini de répondre à la question précédente. Et il me sembla que le même genre de questions était posé répétitivement avec juste quelques légères variations dans la formulation, comme par exemple, "Pourquoi devrais-je faire de la Tenségrité ?" et "Comment dois-je pratiquer ?"

         Réponse : "La seule façon de faire de la Tenségrité est de le faire." Autre exemple de question : "Est-ce que don Juan est maintenant un OVNI ?", "Est-ce que les sorcières sont comme des OVNI ?"

         Il était fascinant de voir comment Castaneda arrivait à supporter une audience aggressive et parfois énervée sans jamais perdre son sang froid ou élever la voix. Il s'arangea pour répondre de manière lumineuse, pointue et humoristique aux questions les plus odieuses.

         L'inconvénient pour les participants ne parlant pas l'espagnol, qui étaient apparemment plus nombreux que prévu, était qu'il y avait un nombre insuffisant de traducteurs officiels et les quelques traducteurs disponibles n'étaient pas de langue maternelle anglaise. Heureusement, nombre d'entre nous avait des compétences en espagnol et furent capables de corriger les erreurs des traducteurs. Et les traductions semblèrent s'améliorer au fil du week-end.

         Samedi matin à 9h, Castaneda parla à nouveau brièvement à une audience plus réduite, environ 400 personnes. Il nous prépara pour les mouvements et suggéra que nous suspendions notre jugement en essayant de pratiquer. En quittant la scène, il repéra plusieurs d'entre nous qui venaient des USA et qui avaient participé aux séminaires de Los Angeles, et nous salua chaleureusement.

         La salle fut assez surprise, et aussi enchantée, lorsqu'entrèrent les cinq femmes, les Pisteuses d'Energie - qui prirent les trois scènes surélevées afin de montrer les mouvements - dont Nyei et Reni Murez et Kylie Lundahl. Deux jeunes femmes les accompagnaient, l'une s'appelait Aerin (elle vient apparemment d'Argentine), et l'autre, dont je n'ai pas retenu le nom, est italienne.

         Elles nous enseignèrent huit passes ce matin là, dont l'intention était de renforcer les jambes - "notre base." Nous avons répété les passes plusieurs fois, et on nous a dit que nous pouvions les répéter autant de fois que nous le voulions dans notre pratique individuelle, du moment que nous faisions une pause après une vingtaine de fois, afin que l'énergie se redépose sur l'ensemble du corps. Chacune de ces passes était assez simple, et aucune n'avait de nom.

         Contrairement au précédent compte-rendu fait par un témoin qui n'était pas présent, les Pisteuses répondirent à beaucoup de question au sujet de comment faire chaque passe (bien qu'il sembla y avoir plus de questions que lors des séminaires aux Etats-Unis). Et contrairement à ce "compte-rendu", ni Nyei ni Reni ne semblaient avoir de difficulté à suivre les autres Pisteuses. Selon mon point de vue, toutes les cinq semblaient être bien préparées et hautement énergétiques, bien que la nouvelle Pisteuse italienne semblait être un peu nerveuse au début, et moins accoutumée que les autres à enseigner à une large assistance.

         Ce matin là, à un certain moment, Philip, dont les participants au précédent séminaire se souviendront de lui comme traducteur pour les praticiens de langue espagnol, rejoignit Kylie au centre de la scène pour aider à traduire les instructions (que Kylie, Nyei et Reni donnèrent en anglais, et qu'Aerin donna en espagnol), et pour aider dans la démonstration des mouvements. Samedi après-midi, un grand nombre de femmes autour de moi commentèrent que Philip avait très bien montré les passes et que c'était bien d'avoir un gars sur scène pour changer.

         Après la pause déjeûner, Castaneda vient à nouveau parler et dit un mot à porpos d'un participant italien qui était parti en colère durant la session du matin. Il nous rappela que ce n'était pas la voie du guerrier de se mettre en colère et que cela n'était qu'une manifestation de l'importance personnelle de partir froissé. Puis l'instruction de Tenségrité reprit, et nous avons revu les passes du matin, puis nous avons appris quatre autres passes qui étaient des enchaînements plus longs que les passes du matin.

         La conférence du samedi soir fut reportée à 20h30. Castaneda commença par répondre aux questions, et sembla captiver l'audience avec ses histoires, ses plaisanteries et ses jeux de mots. Une de ses plaisanteries, qui ne fit pas beaucoup réagir l'audience au début, était de don Juan, et Castaneda dit qu'il s'agissait d'un exemple de méthode qu'utilisait don Juan pour créer chez lui une dissonance cognitive.

         Castaneda la raconta : "Un homme suivait un perroquet dans la rue. Après un certain temps, le perroquet se retourne et demande, ‘Pourquoi est-ce que vous me suivez ?' L'homme répond, ‘Je suis désolé. Je pensais que vous étiez un perroquet.'" Cette blague plia Castaneda en deux de rire lorsque don Juan la lui raconta (et Castaneda nous la raconta à nouveau dimanche matin, vraisemblablement pour se faire rire lui-même).

         Castaneda ayant mentionné que la Vallée de Mexico (dans laquelle la ville de Mexico est située) était "l'épicentre", plusieurs personnes demandèrent ce qui rendait cet endroit si spécial. D'après ce que j'ai compris, le Nagual expliqua que le "toit énergétique" était si haut à cet endroit, que des perceptions et des événements inhabituels s'y produisaient. Il rapporta également que sa vue était meilleure à cet endroit, alors qu'après deux jours à Los Angeles, elle était à nouveau mauvaise.

         Comme il l'avait précédemment expliqué, son problème de vue a été causée par la blessure qu'il a subi à l'un de ses yeux, après avoir tournoyé pour percevoir dans le monde à 360°, qu'il a déjà décrit au cours de séminaires précédents. Il indiqua également qu'il ne faisait jamais l'expérience du monde à 360° dans sa pratique de rêver quand il se trouvait à Mexico.

         Le Nagual répondit aussi à beaucoup de questions concernant les flyers, et nous raconta une histoire merveilleuse à propos d'une rencontre avec une sorcière d'une autre lignée, à Mexico, peu après la mort de La Gorda, qui l'avait soudainement éclairé sur ce qui était arrivé et sur ce qu'il avait à faire à partir de là.

         Dimanche matin, Castaneda nous salua à 9h15, et commença à parler et à répondre aux questions durant presque deux heures. Il parla de la longue question pompeuse qu'un homme avait posée le soir précédent; il avait demandé à Castaneda de répondre à un certain nombre d'affirmations à propos de vagues concepts que l'homme affirmait être des "faits". Castaneda cita cela comme un exemple de comment nos esprits de flyer nous rendaient pesant et lourd, à cause de la "masturbation mentale." Il dit qu'il existait un mot chinois pour cela : "manfifa", et il utilisa ce mot plusieurs fois pour représenter cette activité de manière plus douce.

         Alors que le séminaire touchait à sa fin, les Pisteuses d'Energie indiquèrent qu'elles allaient essayer de passer les 15 dernières minutes à répondre à quelques questions additionnelles concernant la Tenségrité. Tout d'abord, Kylie avait une déclaration à faire, pour expliquer que son apparition, ainsi que celles de Reni et Nyei le jour précédent, étaient en "expiation", à cause de ce qui était arrivé au séminaire de décembre, tandis que leur présence ce jour là était destinée à aider au lancement de la nouvelle configuration des Pisteuses d'Energie.

         Elle indiqua également qu'elle ne savait pas si elle continuerait à enseigner pour les séminaires à venir. Durant les quelques minutes restantes, au lieu de prendre des questions, Kylie conduisit une série rapide et vigoureuse de plusieurs des passes que nous avions apprises. Cette "révision" enchanta l'assitance.



Genrich



Publié à 09:36 le 7 avril 2008 dans Séminaires de Tenségrité
Page précédente
Page 3 sur 68